Des mésanges contre les chenilles processionnaires

Destinés à accueillir des nichées de mésanges, grandes consommatrices de chenilles processionnaires, une cinquantaine de nichoirs ont été installés par la Ville au parc Sainte-Marie et dans le secteur de la Croix-Gagnée, situé aux abords du plateau de Haye. Un an après : bilan.

Cette photo représente deux mésanges. Une est posée sur un tronc, une autre prend son envol.

« Difficile de dire si les nichoirs et surtout les mésanges qu’ils abritent, ont joué un rôle important. Toujours est-il que nous n’avons pas enregistré d’émergences importantes de colonies de chenilles processionnaires l’an passé ». Un an après l’installation d’une cinquantaine de nichoirs au parc Sainte-Marie et dans le secteur de la Croix-Gagnée, du côté du plateau de Haye, le bilan est plutôt satisfaisant. « Nous observerons avec grand intérêt la saison qui arrive », poursuit Loïc Delagneau, directeur du service biodiversité urbaine de la ville de Nancy.

Seule certitude : les nichoirs en question ont accueilli plusieurs couples de mésanges bleues et charbonnières. Insensible aux poils urticants, la mésange est, en effet, le plus grand prédateur naturel de la chenille processionnaire. Elle peut en consommer plusieurs centaines par jour.

[Lire la suite sur l’Est Républicain ]

Auteur de l’article : AEI