Repérer et alerter : un procédé efficace pour mesurer l’expansion des espèces invasives

Souvenez-vous dans les Western de ces affiches jaunies exposant le visage patibulaire d’un hors-la-loi en cavale avec ce fameux « Wanted dead or alive ». Faire le parallèle entre le « Recherché mort ou vif » de l’ouest américain et les sciences participatives est certes un peu osé mais il s’agit au fond du même principe. À savoir, demander à la population de repérer dans son jardin ou près de chez soi, à partir d’une photographie d’identité, des espèces invasives considérées comme potentiellement dangereuses. Et puis d’alerter ensuite de sa présence les scientifiques.

Le Museum d’histoire naturelle et l’Inrae (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) viennent de faire le constat que ce procédé fonctionne à merveille.

Ainsi est née l’application AGIIR (Alerter & Gérer les Insectes Invasifs et/ou Ravageurs), utilisable aussi bien sur le Web que sur smartphones. Elle permet de géo-référencer de manière participative divers bioagresseurs invasifs : processionnaire du Pin, frelon asiatique, punaise diabolique ou encore pyrale du Buis.

Article complet à retrouver ici

Auteur de l’article : AEI